Selon vos connaissances en la matière et vos habitudes, ce principe peut sembler évident, ou il peut paraître stupide, voire paresseux.
Dans les cercles de musculation compétitifs, l’entraînement de chaque partie du corps une fois par semaine est beaucoup plus fréquent que le contraire. Même ceux qui n’entraînent pas chaque partie du corps, une fois tous les sept jours ont tendance à exercer chacune environ tous les cinq jours.
Si vous êtes comme moi, vous êtes prêt à vous entraîner aussi souvent que nécessaire pour obtenir les meilleurs résultats. Lorsque vous combinez ce souhait avec la tendance humaine à penser que « plus est mieux », il est facile de voir comment nous pourrions facilement passer à une musculation de chaque partie du corps deux fois, voire trois fois par semaine, ou plus.

 

musculation rapide
 

Le problème avec une fréquence accrue d’exercices est que ça peut très bien aboutir à une récupération insuffisante. N’oublions pas que le point essentiel pour bien se muscler est d’en récolter les avantages qui viennent du fait de bien récupérer. Pour se muscler rapidement et efficacement, il est crucial de suivre la séquence suivante : de stimuler-récupérer-stimuler-récupérer constamment.

Mais quand vous avez vraiment faim de progrès, il est tentant de ne manger qu’à la seule table « stimuler » trop souvent en négligeant l’aspect « récupérer » et c’est contre-productif.

Une musculation rapide et qui donne des résultats nécessite impérativement de respecter la phase « récupération ».

Une question fréquemment posées en matière de programmes de musculation est, « Quand faut-il muscler une partie du corps à nouveau ? » La réponse certes vague, mais on ne peut plus honnête, est de dire « quand vous avez récupéré de votre dernière séance d’entraînement ».
Alors comment se muscler rapidement et combien de temps faut-il pour se remettre d’une session d’entraînement ?
Le temps de récupération dépend d’un certain nombre de variables y compris, mais sans s’y limiter, le volume et l’intensité de l’entraînement dans son ensemble.
Voici comment je vois les choses – plus vous occasionnez de dégâts à un muscle dans un entraînement donné, plus il aura besoin de temps pour récupérer.
C’est un peu comme le bronzage au soleil – si vous devenez rouge après vous être allongée au soleil, alors vous aurez besoin de rester à l’abri du soleil pendant un certain temps pour permettre à votre peau de se reconstruire et de se réparer.
D’autre part, si vous ne vous allongez que pendant quelques minutes durant l’après-midi et ne prenez pas donc excessivement le soleil, alors vous pourriez très bien revenir à nouveau le lendemain, sans crainte d’agresser hors-limite votre peau ou les capacités de récupération de votre corps.

Essais et erreurs

Concernant la plus grande partie des deux dernières décennies, j’ai élaboré, tenu et gardé des journaux d’entraînement détaillés. J’ai commencé à faire ce travail tout simplement pour bien comprendre ce qui fonctionne pour moi et ce qui ne va pas.
Une des variables que j’ai souvent testée est la fréquence d’entraînement. Je voulais trouver l’équilibre entre la fréquence de la musculation proprement dite et de la récupération qui permet une adaptation maximale, et donc des résultats optimaux.
Pour mieux résumer ce que j’ai trouvé, je peux entraîner chaque partie du corps aussi souvent qu’une fois tous les cinq jours et faire des progrès, mais que les progrès semble s’arrêter après quelques mois ou plus. Mais par la formation de chaque partie du corps, une fois tous les sept jours, je peux faire des progrès presque indéfiniment.

Une chose que nous avons tendance à oublier et qui doit être partie intégrante de notre guide de musculation, c’est que, bien que la récupération ne prend que quelques jours, il faut une quantité importante de temps pour voir un effet d’une pause (phase récupération) dans l’entraînement (souvenez-vous de la séquence « stimuler-récupérer ». Donc à peu près au cinquième jour, un muscle s’est adapté et a super-compensé par rapport sa dernière séance d’entraînement, mais cela ne signifie pas qu’il commence à s’atrophier le lendemain. Il faut du temps pour que cela se produise, certainement plus que je ne le pensais initialement.

Et c’est précisément ça qui fait qu’une période de sept jours constitue le parfait équilibre – il s’agit en fin de compte de s’accorder un temps suffisant et nécessaire de récupération sans pour autant que ce temps soit trop long pour permettre le début de l’atrophie.

 

musclé rapidement
 

Bien que je revisite régulièrement et souvent l’idée de former chaque partie du corps à peu près tous les cinq jours, cela semble inévitablement se retourner contre moi et engendrer un retour de flamme, résultant d’une récupération insuffisante. D’autre part, l’entraînement hebdomadaire formation hebdomadaire de chaque partie du corps semble être pratiquement infaillible.

J’ai donc ai finalement accepté que je devrais simplement construire mes méthodes de musculation basées sur une fréquence d’entraînement de chaque partie du corps une fois par semaine, et ça fonctionne à merveille !

Remarque : le fait que la fréquence d’une fois par semaine est optimale est basée sur la mise en œuvre du reste des principes de musculation rapide. Vous pouvez décider d’adopter un autre type de fréquence et cela est très bien si vous le décidez ainsi (liberté de chacun) et si vous êtes satisfait(e) des résultats. Si c’est le cas, ces principes continueront à s’appliquer et vous les adapterez pour convenir à votre situation personnelle.

Il est à noter toutefois que les mollets, les abdominaux et le dos récupèrent plus vite que d’autres parties du corps et que vous pouvez donc les entraîner deux fois par semaine.

Il suffit de garder à l’esprit pour savoir comment se muscler rapidement qu’il est préférable de se « sous-entraîner » un peu que de « sur-entraîner » tout court !

Pour se muscler rapidement et de façon satisfaisante et et efficace, consultez un programme de musculation sur mesure qui a fait ses preuves ici :

musclé rapidement